Global flag icon
Global
Albania flag icon
Albania
Brazil flag icon
Brazil
Chile flag icon
Chile
Finland flag icon
Finland
France flag icon
France
Germany flag icon
Germany
India flag icon
India
Ireland flag icon
Ireland
Italy flag icon
Italy
Netherlands flag icon
Netherlands
Norway flag icon
Norway
Peru flag icon
Peru
Spain flag icon
Spain
Sweden flag icon
Sweden
Turkey flag icon
Turkey
United Kingdom flag icon
United Kingdom
United States flag icon
United States

La grande histoire Statkraft

1895

En 1895, l’Etat norvégien a acheté la chute d’eau de Paulenfoss dans le but de fournir de l’électricité au réseau ferroviaire. Cette acquisition marque le début de l’histoire de l’actuel Statkraft et le début d'une période intense d'achats de droits d'eau par le gouvernement, devenu en 1920 le plus grand propriétaire hydroélectrique d'Europe. 

Années 20

La construction dans les années 20 des centrales de Glomfjord, Nore et Hakavik était destinée à alimenter l’industrie, la ville d’Oslo et le rail. Plusieurs centaines de milliers de foyers norvégiens ont ainsi eu accès à une électricité abordable.
Afin de réguler le secteur et d’exploiter les centrales de l’Etat, la NVE (Direction Nationale Norvégienne des Ressources en Eau et de l'Energie) est créée par la fusion des administrations liées à l’eau et à l’énergie.

L'Après-guerre

La période d’après-guerre a constitué un renouveau pour l’hydroélectricité, symbole d’une Norvège moderne. Les ingénieurs de la NVE se sont lancés dans la construction d’aménagements pharaoniques tels que Tokke, Aura, Røssåga. Le développement hydroélectrique a constitué un levier industriel considérable pour l’Etat, favorisant le développement des industries électro-intensives comme l’aluminium.
En 1960, la NVE est restructurée en 4 départements dont un dédié à la production et au développement hydroélectrique, appelé Statkraftsverkene. Statkraft ne prendra son nom actuel qu’en 1985 lorsqu’elle sera totalement séparée de la NVE.

1974 - 1988

La construction de l’aménagement d’Ulla-Førre marque l’apogée du développement hydroélectrique en Norvège. Il est composé des plus grands barrages de Norvège, de 6 centrales totalisant 2100 MW et pouvant délivrer chaque année 4,5 TWh d’électricité au réseau de manière modulable.

1990

La Norvège est pionnière dans la libéralisation du secteur de l’électricité, concrétisée en 1990 avec la nouvelle loi sur l’Energie. En 1992, Statkraft devient une entreprise commerciale et ses activités liées au transport sont séparées : Statnett est créée. Depuis, Statkraft a acquis une expertise unique dans la gestion de l’énergie sur les marchés libéralisés.

 

Les années 2000

Avec la mise en service de centrales au Laos et au Népal, Statkraft s’ouvre à l’international. SN Power est établie pour exploiter ces centrales. Cette filiale est détenue en partenariat avec le fond norvégien pour les pays en voie de développement (Norfund). Les investissements se poursuivent dans les années 2000, en Amérique du Sud et en Asie notamment.

En 2007, deux centrales à gaz sont mises en service en Allemagne, et en 2008, un échange d’actifs majeur se concrétise avec E.ON. Plus de soixante centrales électriques et leurs 217 salariés sont intégrés en Allemagne, en Suède et au Royaume Uni, dont 54 centrales hydroélectriques.

Statkraft diversifie aussi ses technologies en investissant dans l’éolien notamment, avec la mise en service en 2002 de son premier parc : Smøla. De nombreux projets éoliens naissent au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Suède. 

La décennie 2010 – 2020

Suite à une croissance rapide en Europe et à l’international, Statkraft a décidé de se concentrer sur certains secteurs géographiques et certaines technologies renouvelables afin de consolider et d’harmoniser ses activités. C’est pourquoi en 2013, Statkraft et le Fonds norvégien d'investissement pour les pays en développement (Norfund) ont convenu de restructurer et d'étendre leur partenariat dans les énergies renouvelables. Il a été décidé de transférer les activités opérationnelles de la joint-venture SN Power au Pérou, au Chili, au Brésil, en Inde et au Népal dans le portefeuille de Statkraft, tandis que SN Power s’est vu attribuer l’objectif de développer des projets hydroélectriques dans les marchés émergents en Amérique centrale, en Afrique et en Asie du Sud-Est.

En 2015, Statkraft est entré dans une phase de consolidation et de croissance ciblée, donnant la priorité aux rénovations de centrales hydroélectriques nordiques, à la croissance de l'éolien terrestre et à des projets et acquisitions ciblés dans le secteur hydroélectrique à l’international. Statkraft opère un tournant stratégique en décidant d’investir 100 % de sa croissance dans les énergies vertes. L’entreprise veut jouer un rôle international de premier plan dans la transition vers les énergies renouvelables.

Alors que de nouvelles technologies de rupture émergent sur le marché, Statkraft crée en 2015 la société de capital-risque Statkraft Ventures GmbH pour financer et développer de nouvelles entreprises. En s'associant à des start-ups dynamiques, Statkraft se donne les moyens de jouer un rôle actif dans les nouvelles technologies de l’énergie, en tirant parti des synergies entre les start-ups et le groupe Statkraft.

En 2018 – 2019, Statkraft a commencé l’expansion de son portefeuille d’énergie éolienne et solaire dans un effort ciblé et stratégique en intensifiant ses activités de développement dans le monde.

 

Depuis 2020

En 2020, Statkraft renforce sa capacité photovoltaïque avec l’acquisition de Solarcentury. Statkraft acquiert ainsi un portefeuille de 6 GW (brut) en Europe et en Amérique du Sud qui, combiné à l’actuel portefeuille de projets de Statkraft, positionne immédiatement l’entreprise comme un producteur de premier plan sur le marché du photovoltaïque en Europe. Le portefeuille de projets de Solarcentury couvre de nombreux marchés à forte croissance, notamment l’Espagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la France, la Grèce, l’Italie et le Chili.

En 2021, Statkraft a acquis le portefeuille d'énergie éolienne de Breeze Three Energy, un opérateur de parcs éoliens basé à Brême en Allemagne. La compagnie énergétique publique norvégienne ajoute ainsi 39 parcs éoliens en Allemagne et quatre parcs éoliens en France à son portefeuille d'énergie éolienne continentale. Cette acquisition marque son entrée en tant que propriétaire d'un portefeuille de parcs éoliens sur ces deux marchés.