L’Union Européenne en visite à la centrale de Kvilldal en Norvège

29.02.2016 | actualités

Visite du Vice-Président de la Commission Européenne

De gauche à droite : Jan Alne (Statkraft), Elisabeth Aspaker (Ministre norvégienne des Affaires Européennes), Maros Šefčovič (Vice-président de la…

Le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, a visité le 11 février 2016 la centrale hydroélectrique de Kvilldal avec le PDG de Statkraft, Christian Rynning-Tønnesen, ainsi que la ministre norvégienne des affaires européennes, Elisabeth Aspaker.

"Nous sommes ici au cœur de l'hydroélectricité norvégienne. Je voulais montrer à M. Šefčovič que cette énergie flexible, propre et peu coûteuse contribuera à la transformation des systèmes énergétiques européens», a expliqué Christian Rynning-Tønnesen. 

En Norvège, la capacité cumulée des réservoirs hydroélectriques atteint environ 85 TWh, ce qui correspond à la moitié de la capacité de stockage de l'Europe. L'hydroélectricité, avec sa remarquable flexibilité, constitue un complément idéal pour des énergies intermittentes telles que l’énergie éolienne ou solaire. 

Christian Rynning-Tønnesen a profité de cette visite pour évoquer le point de vue de Statkraft sur la politique énergétique de l'UE : un prix du carbone associé à un système plus robuste d'échange de quotas d’émission de CO2 (ETS) devrait être la pierre angulaire de la politique énergétique et climatique européenne. 

«Je suis très impressionné par ces grands réservoirs hydroélectriques qui permettent une production flexible en cas de besoin», a déclaré le vice-président Šefčovič. "La Norvège peut constituer une batterie géante pour l'UE et ainsi contribuer au succès de notre engagement en faveur des énergies renouvelables et du climat". 

Lors de son retour pour Stavanger, le vice-président a pu survoler en hélicoptère le réservoir de Blåsjø. Il s’est montré particulièrement intéressé par la capacité du réservoir qui permet de stocker l’équivalent de 8 TWh d’électricité. 

Le ministre norvégien des affaires européennes, Mme Elisabeth Aspaker, ainsi que le secrétaire d'Etat au pétrole et à l’énergie, Ingvil Tybring-Gjedde, étaient également du voyage.