Global flag icon
Global
Albania flag icon
Albania
Brazil flag icon
Brazil
Chile flag icon
Chile
France flag icon
France
Germany flag icon
Germany
India flag icon
India
Ireland flag icon
Ireland
Italy flag icon
Italy
Netherlands flag icon
Netherlands
Norway flag icon
Norway
Peru flag icon
Peru
Spain flag icon
Spain
Sweden flag icon
Sweden
Turkey flag icon
Turkey
United Kingdom flag icon
United Kingdom
United States flag icon
United States

Plus de 90% des responsables énergie pensent que leur entreprise réussira à réduire ses émissions CO2 de 55% en moins de 10 ans

25 janv., 2022

Un nouveau sondage auprès des acheteurs d’énergie, acteurs centraux de la transition énergétique des entreprises, révèle une montée en puissance de l’enjeu climatique au sein de l’industrie française. D’après l’étude, ils ne sont que 7% à déclarer que leur entreprise n’a pas encore engagé d’actions concrètes pour baisser ses émissions et atteindre les ambitieux objectifs de neutralité carbone fixés par l’Union Européenne.

La transformation écologique et énergétique des entreprises bat son plein, poussée par le double facteur des objectifs climatiques européens et des attentes des citoyens. C’est ce que révèle une nouvelle étude effectuée par l’institut OnePoll pour Statkraft, le plus grand producteur d’énergie renouvelable d’Europe.

Lors de cette vaste enquête menée dans huit pays européens dont la France, 16,000 particuliers et 620 industriels responsables des achats d’énergie ont été interrogés sur leurs perspectives en matière de transition énergétique.

Le constat est sans appel : 80% des Français déclarent être préoccupés par le changement climatique. Ils ne sont en outre que 10% à estimer que la lutte pour le climat ne relève pas de leur responsabilité personnelle et près de 69% à souhaiter davantage d’initiatives gouvernementales en faveur du climat. Cette tendance lourde dans les attentes des consommateurs constitue un puissant moteur de la transformation des entreprises.

Enfin l’étude révèle que les Français, à l’instar des autres peuples européens, tiennent les producteurs de combustibles fossiles comme premiers responsables du changement climatique, devant l’utilisation de plastiques à usage unique et le transport.

L’énergie renouvelable reste quant-à-elle la source d’électricité préférée des Français : Ils ne sont que 4% à avoir une opinion négative de l’énergie solaire, devant l’éolien terrestre avec à peine 13% d’opinion défavorable, contre 29% d’avis négatif pour le nucléaire. De plus, 61% des sondés considèrent comme important que l'électricité qu'ils utilisent à la maison provienne d'une source renouvelable.

Des bouleversements industriels à venir

Parmi les industriels européens, les Français sont aussi ceux qui sont les plus fermement convaincus que leur secteur d’activité va connaitre une profonde transformation. En effet, 70% des professionnels français interrogés estiment avec conviction que leur secteur industriel connaitra de grands bouleversements au cours des trois décennies à venir, soit près de 20 points de plus que leurs homologues Européens.

L’industrie automobile en sera un exemple emblématique. L’enquête confirme en effet l’engouement populaire pour les véhicules hydrides ou tout électrique. Plus de 20% des Français comptent se séparer de leur véhicule thermique au profit de l’électrique au cours des 24 prochains mois. Cette tendance s’accentuera fortement avec la démocratisation progressive de la mobilité électrique, puisque 58% des personnes qui n’envisagent pas d’adopter de véhicule électrique à ce jour, pointent leurs prix excessifs comme frein numéro un.

Nos industriels français ont aussi une vision précise de l’action gouvernementale qu’ils souhaitent voir venir en soutien à leur transition énergétique.

Parmi les diverses initiatives que le gouvernement devrait selon eux prendre, les professionnels français citent les subventions pour les énergies renouvelables comme étant le facteur le plus important, suivis des subventions pour les industries électro-intensives, les subventions pour l'énergie en général, et enfin une mise en place rapide et efficace des plans climatiques gouvernementaux.

Contact

Lydia Lobb
Responsable communication