Le transfert de l’énergie par pompage

Le transfert de l’énergie par pompage des réservoirs d’eau norvégiens peut dans le futur contribuer de manière importante à l’approvisionnement de l’énergie en Europe. Quand le vent ne souffle pas et que les éoliennes ne produisent pas d’électricité, il est nécessaire d’avoir une solution de réserve qui peut être régulée selon les besoins.

Une part importante de la future production d’électricité en Europe viendra de l’énergie éolienne. Plusieurs projets majeurs sur le continent, en mer du Nord et au large de la Grande-Bretagne viennent d'être inaugurés. Cependant le vent ne produit de l’énergie que lorsqu'il souffle, et les variations peuvent être importantes. Cela ne s’accorde pas toujours avec les besoins des consommateurs.

L'énergie éolienne pose donc d’importants défis à la stabilité des réseaux énergétiques et à la fiabilité des livraisons aux consommateurs.

Des réserves de capacité d’énergie sont donc nécessaires pour assurer la production par temps plus calme, ainsi que des centrales à accumulation pour stocker cette énergie quand le vent souffle plus que nécessaire.

La Norvège est le pays de l’hydroélectricité et dispose de la moitié des capacités de réserve européennes. Les réservoirs existants et le développement de nouvelles Stations de Transfert d’Energie par Pompage peuvent être un élément de réponse pour  la stabilité des réseaux électriques européens et la fiabilité du système de fourniture aux consommateurs.

Les Stations de Transferts d’Energie par Pompage peuvent servir à pomper l’eau de réservoirs à basse altitude vers des réservoirs plus haut placés, spécialement lorsqu’ il y a un trop plein d’énergie produit par des vents violents. L’eau ainsi stockée pourra ensuite resservir à produire de l’énergie lorsque la consommation sera forte et quand les vents seront faibles. Ce cycle peut se répéter à l’infini.