Une première: un parc éolien fournit de la réserve tertiaire

27.04.2015 | actualités

Statkraft au salon E-World 2015

Le stand de Statkraft au salon E-World 2015 à Essen, Allemagne.

Düsseldorf/Essen. 11 janvier 2015 – Le parc éolien de Dornum a fourni, en janvier 2015, cinq mégawatts de réserve tertiaire à la baisse.

Statkraft gère la production de ce site pour le compte d’un tiers en assurant la commercialisation et la vente de l’électricité produite.

« Pour la première fois, une source d’énergie intermittente fournit de la réserve tertiaire en Allemagne. En ce qui concerne la procédure de pré-qualification du parc éolien, les mêmes critères que pour les sites de production classiques ont été appliqués», a déclaré M. Stefan-Jörg Göbel, Vice-président de la branche Trading et Origination et Directeur de Statkraft Markets GmbH. « C’est une révolution. Nous avons à présent l’intention de préqualifier plusieurs autres parcs éoliens pour la réserve tertiaire. »

En franchissant cette étape, Statkraft répond à l’une des principales critiques invoquées à l’encontre des énergies renouvelables : leur fameux défaut d’intégration à un système d’ensemble. L’acteur le plus important en Allemagne de la gestion d’ENR pour compte de tiers, qui détient à l’heure actuelle un portefeuille de 8 900 MW, a ainsi prouvé que les énergies renouvelables étaient désormais en mesure de contribuer  à l’équilibre du système électrique.

Vers un marché de l’énergie européen

Le groupe Statkraft a depuis fort longtemps centré son activité sur les énergies renouvelables, et compte poursuivre ses efforts pour parvenir à leur intégration totale au marché de l’électricité. Une évolution qui profitera « aux consommateurs comme aux producteurs », selon M. Torsten Amelung, également Vice-président de Trading et Origination et Directeur de Statkraft Markets GmbH.

Statkraft gère et commercialise déjà plus de 12 000 MW de production électrique renouvelable (hors hydraulique) dans plusieurs pays européens – dont 90 % provenant de sites détenus par des tiers. « Notre expérience acquise dans différents marchés aux contextes réglementaires variés fait de notre société un partenaire compétent lorsqu’il s’agit d’intégrer le renouvelable au marché énergétique paneuropéen », commente M. Amelung.

L’EOM (energy-only-market) n’est pas une solution à long terme

Le gouvernement allemand continue à encourager la progression de la part du solaire et de l’éolien sur le marché. Statkraft est en outre convaincu de l’importance des interconnexions transfrontalières et des solutions décentralisées. Cependant, au regard des trois objectifs finaux que sont la sécurité d’approvisionnement, la préservation du climat et la modération des prix de l’énergie, l’émergence d’un nouveau concept de marché apparaît indispensable. Le premier de ces objectifs, notamment, ne peut être atteint que par l’introduction d’un mécanisme de capacité pour soutenant les centrales capables de démarrer en cas de déficit de production renouvelable.

Avec l’EOM, même dans sa version 2.0, et les capacités de réserve supplémentaires, le système ne manquera pas sous peu de toucher ses limites. Il en résultera une spirale de besoins croissants en termes de réserves centrales et de mesures d’urgence. Ces besoins viendront miner la logique même de l’EOM, qui repose sur la non-intervention en cas de tension de l’équilibre offre-demande.

« L’alternative aux mécanismes de capacité serait le subventionnement direct de différentes technologies sélectionnées au plan politique. Nous considérons que ce serait une mauvaise solution », estime M. Jürgen Tzschoppe, Vice-président de Continental and South American Energy. « Il nous faut absolument trouver de nouvelles solutions qui mènent à un système efficace. L’EOM ne fournira jamais les incitations nécessaires pour y parvenir. »