Des investissements pour nos vétérans

11.12.2013 | actualités

Workers in tunnel in Nedre Rossaga.

L'ère de construction de grandes centrales hydroélectriques en Norvège est révolue. Désormais, Statkraft entame une nouvelle étape de son développement par la réalisation de grands travaux de rénovation, investissant jusqu’à 1,5 M€ dans la mise à niveau de ses centrales électriques.

A Korgen, dans le comté de Nordland, sur les pentes surplombant le centre de télé exploitation des centrales de Statkraft, un tunnelier a commencé à creuser dans la roche. En effet, dans les prochains mois, la machine, pesant 1 600 tonnes, réalisera plusieurs kilomètres de galerie d’amenée d’eau pour la nouvelle centrale Nedre Røssåga. C'est la première fois qu’une telle machine est utilisée en Norvège depuis le début des années 1990.

Le projet d’extension de capacité de la centrale Norvégienne de Nedre Røssåga fait partie des nombreux investissements au programme du Groupe dans les prochaines années.

Le projet Nedre Røssåga représente à lui seul 220 M€. Ce montant est à comparer aux 45 M€ alloués au projet de construction d’une nouvelle centrale électrique à Kjensvatn, à quelques kms de Nedre Røssåga.

Des installations vieillissantes

Bon nombre des installations hydroélectriques de Statkraft situées en Norvège et en Suède ont pris des rides. L’âge moyen du parc est désormais de 45 ans. Quand une centrale hydroélectrique franchit la barre des 50 ans, elle est généralement considérée « prête pour la retraite », d'un point de vue technique tout du moins.

« Nous entrons dans une période où les centrales des années 1960 atteignent leur 50e anniversaire. Les années 60 ont été la décennie des grands projets de construction en Norvège. Lorsque tant d’installations atteignent leur limite d’âge prévue à la conception, cela traduit l’avènement d’une nouvelle ère, celle de rénovations majeures» explique Erik Høstmark, chef de l'unité en charge de la gestion du patrimoine industriel.

Une augmentation des coûts de production de l’énergie hydroélectrique est à prévoir dans un proche avenir en Norvège et Suède. Rien qu’en 2014, Statkraft investira 250 M€ en Scandinavie. L’investissement devrait atteindre un montant annuel de 350 M€ à l’horizon 2016. Le budget global consacré à ces rénovations sur la période 2014-2018 est estimé à 1 500 M€.

En Norvège, le budget annuel dédié à la maintenance, comprenant des travaux de moindre ampleur avec des budgets inférieurs à 45 M€, augmentera de près de 40 % entre 2014 et 2016. De 2016 à 2020, les coûts de maintenance en Norvège représenteront un montant annuel estimé à 160 M€.

Une ressource infinie

Les installations hydroélectriques ont, en principe, une durée de vie illimitée. Toutefois, on observe des disparités entre les différents équipements. Les automatismes et le contrôle commande doivent souvent être remplacés après 20 années de bons et loyaux services, tandis que les transformateurs peuvent tenir 50 ans. Quant aux tunnels creusés dans la roche, ils peuvent durer éternellement …

« Du point de vue d’un mécanicien, il est pratiquement possible de réparer indéfiniment une Volvo bien entretenue » explique Erik Høstmark. "Si vous prenez soin de remplacer les pièces d’usure régulièrement, la voiture peut durer longtemps".

"Notre philosophie est d'utiliser autant que possible la valeur hydraulique offerte par les chutes avant d’envisager de construire quelque chose de nouveau. Par exemple, la centrale de Nore I, mise en service en 1928, soufflera presque ses 100 bougies avant d’être remplacée par une nouvelle centrale souterraine ».

La rénovation de la centrale de Nedre Røssåga et la construction de la nouvelle centrale de Kjensvatn vont accroître la production d'énergie dans la région de 280 GWh, soit la consommation de 14 000 ménages.