Inauguration de la première centrale osmotique du monde par la princesse héritière de Norvège

07.10.2009 | actualités

portrait Crown Princess Mette Marit

Mette-Marit, princesse héritière de Norvège, procédera à l’inauguration de la première centrale osmotique de Statkraft le 24 novembre. Photo : Jo…

Le mardi 24 novembre, Son Altesse Royale la princesse héritière Mette-Marit de Norvège procédera à l’inauguration de la première centrale osmotique du monde à Tofte, près d’Oslo.

La centrale génère de l’énergie grâce à l’exploitation de l’énergie libérée par le mélange d’eau douce et d’eau de mer. L’énergie osmotique est une source d’énergie renouvelable et sans émissions sur laquelle Statkraft mène des recherches depuis 10 ans et qui sera à même d’apporter une contribution mondiale d’ampleur à la production d’énergie dans le respect de l’environnement.

« À une époque où de grands changements climatiques ont lieu et où la demande pour les énergies propres est croissante, nous sommes fiers de présenter une source d’énergie renouvelable qui n’a pas encore été exploitée à ce jour. Nous sommes également très reconnaissants à la princesse héritière qui souhaite nous témoigner son soutien pour cette étape cruciale du développement de l’énergie osmotique », s’enthousiasme Bård Mikkelsen, Directeur général de Statkraft.

Le prototype inauguré à Tofte le 24 novembre est en cours de développement depuis plus d’un an. La centrale offrira une capacité de production limitée et son but principal sera de servir de base de tests et de développement. L’objectif est de pouvoir être à même de construire une centrale d’énergie osmotique commerciale d’ici quelques années.

Le potentiel mondial de l’énergie osmotique est estimé entre 1 600 et 1 700 TWh par an, soit l’équivalent de la moitié de la production énergétique totale de l’Union Européenne. Par principe, les centrales osmotiques peuvent se trouver dans des endroits où de l’eau douce s’écoule dans la mer. Ces centrales ne produisent aucun bruit ni aucune émission polluante et peuvent s’intégrer dans des zones industrielles existantes, par exemple dans les sous-sols de bâtiments industriels.

Statkraft conduit des recherches sur l’énergie osmotique depuis 1997 et a développé son prototype en coopération avec les organismes de recherche et développement de nombreux pays. Le projet a suscité un grand intérêt aussi bien en Norvège qu’à l’étranger et un certain nombre d’invités étrangers sont attendus pour l’inauguration.